Manifestation des agriculteurs : Le mercredi noir des automobilistes à Toulouse


Par , le dans Actualités diverses - Aucun commentaire - 15

La manifestation des agriculteurs en colère contre la réforme des zones défavorisées perturbe toute la journée de mercredi la circulation sur les grands axes autour de Toulouse.



L'automobiliste toulousain est habitué aux bouchons, notamment aux heures de pointe. Mais quand les agriculteurs entreprennent de bloquer la rocade avec leur tracteurs les bouchons habituels du mercredi matin ne sont rien par rapport à la situation vécue ce 31 janvier.

Dès 7 heures, les agriculteurs avec une soixantaine de tracteurs ont convergé vers le périphérique toulousain depuis Montgiscard au sud, Balma à l'est et Pins-Justaret au sud. Furieux contre la réforme des zones défavorisées.

Ceux qui arrivaient du sud se sont engagés vers 7h30 sur le périphérique toulousain au niveau du complexe scientifique de Rangueil. Quelques centaines de mètres plus loin, premier stop : l'opération escargot n'a alors plus rien avoir avec le gastérode. La rocade est alors complètement bloquée : qu'ils arrivent de l'autoroute A61 ou de la rocade Est, les automobilistes sont alors pris au piège.

Parfois, le barrage devient filtrant : les tracteurs s'écartent laissant passer au compte-gouttes voitures et camions. Un chauffeur espagnol qui finit par passer au bout d'une heure d'attente klaxonne et "incendie" copieusement les manifestants avec des insultes dans sa langue maternelle que nous ne reproduiront pas ici.

A l'arrêt des automobilistes sont partagés : entre compréhension et colère. "Je comprends que les agriculteurs manifestent, explique l'un d'eux, mais franchement bloquer ça pénalise les Toulousains pas le gouvernement". "Moi j'en ai marre qu'on nous prenne en otage" proteste un second.

Les soutiens sont plus rares : "Moi je soutiens les agriculteurs. Tant pis si je suis bloquée" explique une automobiliste qui prend son mal en patience.

Qu'ils utilisent le périphérique toulousain chaque jour ou qu'ils soient en transit dans un voyage qui passait (malheureusement) par Toulouse ce mercredi, les automobilistes auront dû faire preuve de patience. De beaucoup de patience.